Que faire ce week-end en Lorraine
La première épicerie solidaire étudiante Agoraé ouvre à Nancy
Publié le
Lucie_mylorraine

La première épicerie solidaire étudiante Agoraé ouvre à Nancy

Montée par la FEDEN et la FAGE, la première épicerie solidaire Agoraé de Lorraine vient d'ouvrir à Nancy sur le campus de la faculté de pharmacie. Elle sera complétée en septembre par l'ouverture dans les mêmes locaux d'un lieu de vie pour les étudiants.

« Une Agoraé, c’est une agora étudiante, un lieu mixant une épicerie solidaire étudiante accessible sur critères sociaux et un lieu de vie ouvert à tous », peut-on lire sur la page de l'Agoraé Nancy du site de financement participatif Ulule. Monté par la Fédération des étudiants nancéiens (FEDEN) et la Fédération des associations générales étudiantes (FAGE), le projet d'Agoraé vient de concrétiser sa première partie : lundi, la FEDEN a inauguré son épicerie solidaire dans les locaux mis à disposition par l'Université de Lorraine au sein de la faculté de pharmacie. C'est la cinquième épicerie solidaire étudiante à ouvrir en France après Lyon, Lille, Paris et Brest.

Précarité indécente

A l'origine du projet, un constat mordant. « Les derniers chiffres de l'Observatoire de la Vie Etudiante montraient une précarité indécente chez les étudiants », raconte Elodie Boileau, la jeune volontaire en service civique chargée du projet. Parallèlement, la FEDEN mène l'enquête en 2011 et découvre que 64% des étudiants nancéiens déclarent mettre moins de 150€ chaque mois dans le budget alimentation. Un électrochoc qui lance le projet avec l'objectif de permettre à chacun de se nourrir sainement en fonction de ses moyens.

Tout à -90%

« Ici, les étudiants paient 10% du prix des grandes surfaces », indique Elodie Boileau en pointant les étiquettes à double prix – le prix « normal » et celui pratiqué par l'Agoraé. Le lieu pourra accueillir un maximum de 70 bénéficiaires. Sur quels critères ? « Nous n'avons pas les même critères de calcul que le CROUS », détaille Elodie Boileau, « des étudiants non boursiers peuvent tout à fait bénéficier de l'épicerie. » L'Agoraé a en effet sa propre méthode de calcul : « nous dressons le budget mensuel de chaque étudiant demandeur. Une fois toutes les charges soustraites aux rentrées d'argent, nous évaluons un « reste à vivre ». Si cette somme est de moins de 7,20€ par jour, l'étudiant peut devenir bénéficiaire. » Comment faire la demande ? « Il y a deux moyens », explique Elodie Boileau, « soit l'étudiant nous contacte directement, soit il passe par une assistante sociale du CROUS Nancy-Metz ou de l'Université de Lorraine, qui nous transmettra son dossier. Mais dans tous les cas, c'est elle qui examine les dossiers et a le dernier mot. »

Épicerie et lieu de vie

Un lieu de vie situé dans les mêmes locaux que l'épicerie devrait ouvrir en septembre. L'endroit a pour vocation de favoriser la mixité sociale, « afin que l'épicerie solidaire ne soit pas qu'un lieu dont on a honte de pousser la porte », précise Elodie Boileau. L'ouverture de ce lieu de vie devrait s'accompagner de celle d'une Ruche qui dit oui, une plateforme permettant d'acheter en ligne des produits frais locaux et de venir les retirer en un point précis.

Canapés ou salles de travail, séances de massages prodigués par des étudiants kinés ou cours de zumba avec ceux de STAPS, ce ne sont pas les idées qui manquent à la petite équipe de l'Agoraé. Mais avec quelques murs à casser et une cuisine qui reste à refaire, impossible d'ouvrir tout de suite ! Rendez-vous est donc pris pour septembre..

Réseaux sociaux

En savoir plus

Tel: 03 83 68 20 20

Commentez cet article

Rédaction & Paramètres

Dates

Du au

Horaires

De à

Tarifs

En savoir plus

Médias


Rédaction & Paramètres

En savoir plus

Médias


Publiez vos photos

Une fois vos photos chargées, vous pourrez les personnaliser dans cet espace en leur donnant un titre, une description, en les classifiants ou encore en les géolocalisant.


Publiez une vidéo






Déjà inscrit ?






Mot de passe oublié ?

Créez votre compte Mylorraine.fr