Que faire ce week-end en Lorraine

Bohemian Dust… will rock you !
Bohemian Dust… will rock you !
Bohemian Dust… will rock you !
Bohemian Dust… will rock you !
Bohemian Dust… will rock you !
Bohemian Dust… will rock you !
Bohemian Dust… will rock you !
Bohemian Dust… will rock you !
Bohemian Dust… will rock you !
Bohemian Dust… will rock you !
Bohemian Dust… will rock you !
Publié le
AdrienChobaut

Bohemian Dust… will rock you !

Ils sont Mosellans et rendent hommage à la musique de Queen. 4 musiciens, 7 choristes et 1 VJ jouent en live 27 morceaux du mythique groupe anglais. Ils jouaient ce mercredi 19 décembre 2012 au 112, à Terville… 

Bohemian RhapsodyAnother one bites the dustThe show must go on, I want it all… voici quelques uns des succès que le groupe Bohemian Dust (nom inspiré de la condensation des deux premiers titres) interprète. 20 ans après la mort de Freddie Mercury, les meilleurs titres de Queen n'ont pas pris une ride. Pour ne pas gâcher le plaisir, et surtout pour rester fidèles aux riches arrangements vocaux des enregistrements du groupe, les 4 musiciens à l'origine du projet ont fait appel à 7 choristes. Ils ont enfin fait appel à InziEye, VJ messin qui ajoute ses images projetées au concert pour un grand moment de spectacle… Et ces musiciens "non-professionnels" (ils ont tous un métier à côté) atteignent une qualité pro ! Conversation avec Fabrice Boulier, bassiste à l'origine du projet.

Mylorraine.fr : La mode est aux tribute bands, ces groupes qui font revivre sur scène le répertoire d'un groupe défunt. Est-ce là qu'il faut trouver la raison du projet Bohemian Dust ?
Fabrice Boulier : On vient tous de groupes différents, qui jouaient des reprises dans les bars, on était trois à se connaître avec l'envie de jouer ensemble. On a eu une fois l'occasion de faire un projet pour une soirée spéciale autour des Beatles, de travailler un projet ensemble, de fouiller dans le répertoire plutôt que de prendre les morceaux les plus connus. Avoir un thème comme celui-là, ça nous a donné l'envie de faire autre chose. Les autres membres sont venus par le bouche-à-oreilles. Les choristes sont tous dans des chorales, ou musiciens ailleurs. Au départ, c'était un projet parallèle, et on a tous laissé tombé le reste tant il a pris d'importance.
M. L. : Pourquoi ce choix de Queen ?
F. B. : Il y a le défi vocal pour le chanteur, le fait qu'ils aient abordé tous les styles. Et puis, on a voulu faire quelque chose avec de la vidéo. Queen a beaucoup travaillé les clips, fait des musiques de films, ça donnait envie d'avoir des images. Nous avions aussi l'envie de faire un "show", parce que Queen, c'est du grand spectacle, plus que des simples concerts. Au départ, on ne devait faire que deux concerts dans une salle à Créhange. Jusque-là, on jouait dans les bars. On voulait faire un spectacle, dans une grande salle, avec du matériel, pour se faire plaisir, au profit des Restos du Coeur. Ca s'est pérennisé parce que ça tournait bien, que les retours étaient bon. On s'est dit que ce serait dommage de s'arrêter en si bon chemin.
M. L. : Vous n'êtes donc pas des "inconditionnels" de Queen ?
F. B. : Au départ, nous ne sommes pas des vrais "fans", purs et durs. Je connaissais les grands succès, et c'est depuis qu'on s'est progressivement plongé dans les albums. Notre chanteur connaissait bien, notre guitariste, moins. Mais je ne pense pas que ce soit un problème. Ca nous a permis de faire des choses que des fans "purs et durs" n'auraient pas osées. On en a retouché certaines. Dans les clips qu'on a tournés, comme on n'est pas dans le "culte", on s'est un peu amusé. Mais pour jouer les morceaux, quand on voit l'écriture musicale, on reste admiratif ! Ce qui nous a donné l'envie d'aller chercher des morceaux moins connus. Car on joue les gros tubes mais aussi 2-3 qui feront plaisir aux spécialistes ou des morceaux qui n'ont jamais été joué en live, comme Bicycle race qu'ils n'ont jamais fait en entier, des morceaux comme Innuendo ou The show must go on puisqu'ils ne faisaient plus de concerts à la fin des années 80.
M. L. : Justement, avez-vous pioché dans l'ensemble du répertoire de Queen ?
F. B. : On joue 27 morceaux, on a essayé de piocher dans toutes les périodes. On est plus porté sur ce qu'ils ont fait dans les années 70, c'est là qu'ils faisaient des superbes arrangements… Avec les choristes, on refait les harmonies vocales que Queen ne faisait pas en live. Parce qu'ils n'étaient que 3 à chanter alors que sur disques, il a 5, voire 6 voix. Après, quand c'est devenu plus "pop", pour nous, c'est moins intéressant. Les morceaux qui ont le moins bien vieilli sont ceux des années 80, avec les boites à rythmes... Radio Ga Ga par exemple, on ne la fait pas. On cherchera une façon de la réarranger comme on s'est amusé avec I want to break free. On est en train de monter pour le mois de mai tout l'album A night at the Opera, leur album de 1975 qui est le plus ambitieux, avec plus de variété de styles encore. On le jouera en mai à Freyming-Merlebach, on aimerait le faire tourner dans des salles qui ont du cachet, pour que ça colle au thème... D'ici là, on jouera les 9 et 10 mars à l'Arsenal, au profit des Restos du Cœur aussi.

Le teaser vidéo :

Et en bonus, leur version de "I want to break free"...

 

Réseaux sociaux

En savoir plus

Commentez cet article

 

Rédaction & Paramètres

Dates

Du au

Horaires

De à

Tarifs

En savoir plus

Médias


Rédaction & Paramètres

En savoir plus

Médias


Publiez vos photos

Une fois vos photos chargées, vous pourrez les personnaliser dans cet espace en leur donnant un titre, une description, en les classifiants ou encore en les géolocalisant.


Publiez une vidéo






Déjà inscrit ?






Mot de passe oublié ?

Créez votre compte Mylorraine.fr